Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - Psychomotricité Enseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants
Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - PsychomotricitéEnseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants

A.P.P Association Psychomotricité et Psychotraumatisme

Cette association a pour objet de contribuer au développement, à la recherche et à la diffusion de connaissances relatives aux soins psychomoteurs dans la prise en charge du psychotraumatisme afin de favoriser l’accès à ces soins pour le plus grand nombre de patients et de victimes.

 

Le site de l'APP est régulièrement enrichi d'informations, d'articles, de liens et d'annonces d'évènements.

Site WEB de l'APP : http://associationpp.fr/

 

 

Adhésion APP 2019

Association Psychomotricité et Psychotraumatisme

Votre adhésion va permettre de développer la place de la psychomotricité au sein du psychotraumatisme, financer la gestion du site internet et la communication autour de l'association (plaquettes, articles etc).

Bénéficier du regroupement des informations dans ce domaine et s’inscrire dans un réseau plus spécialisé de psychomotriciens.

Adhésion à l’APP, 10€. Pour adhérer à l’APP, cliquer sur ce lien, payement sécurisé.

https://www.helloasso.com/associations/association-psychomotricite-et-psychotraumatisme/adhesions/adhesion-app-2019

 

 

“Parole portée”, une sculpture de Nicolas ALQUIN érigée en hommage aux victimes du terrorisme, exposée dans le jardin de l’Hôtel National des Invalides à Paris en 1998

 

QU’EST-CE QUE LE STRESS POST TRAUMATIQUE ?

Chez les personnes exposées à un événement traumatique (attentats, viols, agressions, torture, accidents…), 9% ont développé un trouble de stress post traumatique plusieurs mois, voire plusieurs dizaines d’années plus tard. (D’autres victimes développent des dépressions caractérisées ou des troubles anxieux).

Dans les 48 heures suivant le traumatisme, apparait un état de stress aigu. S’il persiste trois mois plus tard on parle d’Etat de Stress Post-Traumatique.

Les excitations et les tensions restent à l’état de matériaux bruts et inorganisés. Le travail psychique nécessaire à la transformation en émotions, en sentiments, en pensées, ne peut se faire. La cohérence, la sécurité interne du sujet – issue d’une liaison entre activités sensorielles, cognitives, imaginaires et fantasmatiques – est altérée, voire impossible.

 

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES TROUBLES PRESENTS DANS LES ETATS DE STRESS POST-TRAUMATIQUES.

Le sujet a été exposé à un évènement traumatique dans lequel les deux éléments suivants étaient présents (cf. DSM IV et V) :

Le sujet a été témoin ou a été confronté à un ou des évènements durant lesquels des individus ont pu trouver la mort ou être très gravement blessés ou bien ont été menacés de mort ou de graves blessures ou bien durant lesquels son intégrité physique ou celle d’autrui a pu être menacée.

La confrontation du sujet à l’évènement s’est traduite par un sentiment de peur intense, d’horreur, d’impuissance.

LA PERSONNE PEUT DEVELOPPER :

-         Des symptômes d’intrusion où l’évènement traumatique est revécu de façon persistante par des cauchemars, des flash-backs, des pensées intrusives provoquant détresse, anxiété, dépression.

-         Des symptômes d’hyperéveil

-         Des symptômes d’évitement de certaines situations et d’émoussement (pour ne pas y penser)

 

Les principaux troubles associés à ces symptômes sont :

Troubles d’appréhension de l’espace,

Hyper réactivité aux flux sensoriels (surtout auditifs en lien avec un sentiment d’insécurité corporelle),

Troubles anxieux,

Sentiment d’insécurité corporelle, désinvestissement de certaines zones corporelles ou spatiales (comme le dos et l’arrière du corps vécu comme sources de dangers non contrôlables visuellement).

Dissociation psychocorporelle, perte de l’unité psychocorporelle, clivage corps/psychisme, distorsion de la perception du réel,

Troubles du sommeil,

Troubles de l’attention et de la concentration,

Désorganisation des repères temporo-spatiaux.

Troubles relationnels et de la vie sociale,

Troubles de l’humeur,

Emoussement affectif, (Il s’ensuit un engourdissement émotif, le fait de se sentir détaché des autres ou d’être incapable de ressentir des émotions).

Symptômes d’hyperéveil

Conduites addictives,

Troubles alimentaires.

 

Les troubles psychomoteurs spécifiques ou essentiellement retrouvés dans le tableau clinique sont :

Hypertonie et troubles de la régulation tonique en lien avec les dysphories émotionnelles,

Inhibition/impulsivité,

Discontinuité du sentiment d’exister,

Perturbations des représentations,

Angoisses de morcellement,

Troubles de la représentation corporelle incluant l’image du corps et le schéma corporel,

Douleurs et troubles musculo-squelettiques,

Troubles psychosomatiques.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Scialom

Site créé avec 1&1 IONOS MyWebsite.