Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - Psychomotricité Enseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants
Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - PsychomotricitéEnseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants

MIME, JONGLERIE, MAGIE / MEDIATIONS PSYCHOMOTRICES

Aurélien D'Ignazio est Psychomotricien, et par ailleurs Mime, Magicien et Jongleur.

Ces médiations sont d'excellentes interfaces ludique et motivante pour entrer en relation avec des enfants, des ados ou des adultes tout en ciblant des objectifs de thérapie ou de rééducation psychomotrices.

Aurélien D'Ignazio enseigne des cours de pratique psychomotrice à l'ISRP à Paris, basés sur son Art.

A ce titre voici un entretien (sous la vidéo) rapporté par une étudiante à propos de son enseignement qui comme beaucoups d'autres sont basés en psychomotricité sur des mises en situation variées des étudiants. La confrontation et l'entraînement à une multitude de vécus corporels, appris, analysés, ne vise pas l'objectif d'en faire des danseurs, jongleurs, nageurs etc. Le but est d'acquérir une expérience sensori-motrice riche et variée permettant au futur praticien d'utiliser son propre corps à travers ces médiations pour comprendre la souffrance de ses patients et leur offrir des situations de développement et de réinvestissement de leur corps et de leur pensée en relation. Ph. S.

Entretien réalisé auprès d'Aurélien D’Ignazio lors d’un cours pratique à l'ISRP

 

1) Est-ce que je pourrais être psychomotricienne même sans arriver à jongler comme vous ?

Oui bien sûr, heureusement d’ailleurs.

En fait, l’intérêt des cours de jonglerie en première année, c’est qu’on peut les suivre même si on ne sait absolument pas jongler…

Et d’ailleurs ça tombe plutôt bien car la plupart de tes futurs patients ne sauront pas jongler non plus.

En fait je propose une multitude de situations, de jeux et d’exercices qui se font seul ou en groupe avec une ou plusieurs balles ; adaptables selon l’âge et la pathologie de la personne.

 

                      2) Mais concrètement, à quoi la jonglerie peut-elle me servir dans mon métier ?

La jonglerie est une médiation particulièrement riche, qui permet de travailler de façon très ludique la plupart des grands axes psychomoteurs.

Par exemple, on travaille sur :

- la régulation tonique parce qu’il faut contrôler la force de nos lancers.

- L’organisation dans l’espace et dans le temps parce qu’il faut ajuster cette force selon la distance qui nous sépare du partenaire et dans le bon rythme.

- la latéralité évidemment, car on sent rapidement une différence d’adresse entre les deux mains.

- on peut travailler le côté sensoriel selon l’aspect ou la texture des objets qu’on utilise

- et plus globalement, on vise à améliorer les coordinations de la personne et la conscience de son corps qui doit sans cesse s’organiser au mieux pour lancer, passer, faire rouler et rattraper des balles.

 

3) Moi je n'ose pas essayer car je pense que je suis trop maladroite pour y arriver !

C’est quelque chose que j’entends très souvent dans mes cours. Et à chaque fois je m’en frotte les mains… Car la personne qui me dis ça d’entrée parvient finalement à faire les exercices adaptés que je lui propose. Il s'en dégagera un sentiment de valorisation d’autant plus fort.

Pour une future psychomotricienne, il est intéressant de passer par ce sentiment de crainte de l'échec ou d'être incapable... Cela affine notre empathie envers les patients en grande difficulté. On pourra d'autant mieux les aider que l'on ressenti des situations similaires, mêmes si elles ne sont pas identiques.

 

 

Pour en savoir plus sur les aspects artistiques développés par Aurélien D'Ignazio et ses performances vous pouvez vous rendre sur son site en cliquant sur le lien suivant :

http://blueaure.free.fr

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Scialom

Site créé avec 1&1 MyWebsite.