Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - Psychomotricité Enseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants
Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - PsychomotricitéEnseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants

Toucher sensori moteur du bébé - Massage du bébé et du prématuré

La psychomotricité a un grand rôle à jouer pour prévenir toutes les difficultés du lien précoce mère enfant et aussi pour aider au développement des tout- petits et notamment des enfants prématurés.

De nombreux textes devraient remplir cette rubrique importante.

Toucher sensori-moteur du bébé

 

Dans le ventre de sa mère, le bébé reçoit de nombreuses stimulations sensorielles, notamment tactiles, de par le contact de sa peau avec le liquide amniotique.

Lors de la naissance, le passage du milieu intra-utérin à l'environnement externe est brutal, les conditions physiques entre ces deux milieux étant très différentes. Il est donc nécessaire de masser, caresser le bébé dès la naissance afin de réduire au maximum le traumatisme qu'il subit.

 

Le massage du bébé influe grandement sur son développement psychologique : il favorise l'attachement et la communication non verbale entre la mère et le bébé. Par conséquent, il améliore le lien affectif entre ces deux êtres. La massothérapie est également bénéfique car elle permet d'apaiser le bébé. Il a en effet été mis en évidence que le massage du nourrisson pouvait avoir un effet positif sur ses relations interpersonnelles futures : un bébé massé est plus calme, plus heureux, moins stressé, donc plus « sociable ».

Par ailleurs, le massage du bébé influence de grandes fonctions vitales comme par exemple le système immunitaire ou encore le sommeil : un nouveau-né caressé, à raison de quinze minutes par jour, s'endort plus facilement, son rythme éveil-sommeil est mieux ajusté que chez un nourrisson non massé.

Le développement moteur semble lui aussi influencé positivement par des massages réguliers : ce dernier est en effet en relation directe avec le système nerveux qui évolue jusqu'à la fin de la première année. De ce fait, tous les contacts possibles avec le monde extérieur sont très importants et formateurs pour le nourrisson. Les activités banales telles que le bain, les caresses et bien sûr les massages sont donc essentiels.

 

Pour que ces moments de massage soient effectués convenablement, il faut toutefois respecter les différentes phases de croissance du bébé ainsi que ses capacités réceptives. Aussi, le nouveau né utilise énormément d'actions réflexes tel que la contraction des poings, l'inclination de la tête, l'extension des jambes, etc. Quand le petit grandit, ces réflexes se transforment petit à petit en mouvements volontaires: l'enfant devient moins maladroit. Le massage peut alors favoriser ce processus de coordination physique.

 

Grâce à sa capacité d'implication psychosensorielle, la technique de massage est donc autant utile dans la relaxation que dans l'élaboration psychomotrice.  Elle est aussi parfois utile pour agir sur des symptômes variés comme les tensions musculaires, les douleurs, les insomnies, les troubles digestifs, la sécheresse cutanée...

 

Et chez le prématuré ?

 

Dans nos pays occidentaux, on a tendance à oublier les alternatives naturelles, tel le toucher, pour aider les prématurés à se développer.

Encore plus que le nourrisson né à terme, le prématuré a en effet besoin d'être massé afin d'éprouver le contact physique, sécurisant, agréable, dont il est privé en couveuse.

Notons toutefois que le massage du prématuré est différent du massage du bébé mature. Il s'agit en réalité de caresses et d'effleurements que l'on pratique très lentement. Les mains parcourent tout le corps. Néanmoins, il est préférable de ne pas toucher l'abdomen du prématuré avant le détachement du cordon ombilical et d'éviter de toucher son visage pendant quatre à cinq semaines.

 

Le massage du prématuré est indispensable car il permet une prise de poids et une croissance plus rapides, et donc une réduction du temps d'hospitalisation. Le prématuré est donc plus rapidement en contact avec sa mère, ce qui est très important pour l'établissement du lien affectif mère-enfant qui conditionne en partie la personnalité du petit.

 

Les différentes techniques de massage

 

Depuis des siècles les massages du bébé existent dans certaines régions du monde. Peu à peu ces massages se sont aussi imposés dans les sociétés ‘modernes', se révélant bénéfiques pour le bébé dans les domaines corporel et affectif.

Selon les traditions, une grande diversité existe dans les techniques de massage. Il y a principalement deux cultures où le massage fait parti des soins quotidiens du bébé, en Asie et en Afrique. Ici nous allons présenter la technique asiatique.

 

En Asie, plus précisément en Inde, la mère se tient assise, le dos bien droit, au sol. Ses jambes sont tendues devant elle. Elle pose alors son enfant sur ses jambes de différentes manières : Elle peut l'allonger en position ventrale ou dorsale. Il n'existe pas de règles précises au cours de ces pratiques. La mère masse son bébé en tenant surtout compte de ses réactions.

Ce type de massage, de par sa flexibilité dans les techniques, a inspiré la culture occidentale dont les massages sont donc très proches.

 

Compte tenu de leur similitude, la description de deux techniques de base, que sont les massages asiatiques et occidentaux, semble intéressante.

 

Chaque séance de massage doit commencer par de longues caresses fluides avec la paume, les doigts donnant ainsi au bébé des indications sur son corps. Puis la mère peut réaliser différentes techniques de massages sur l'ensemble du corps: couché sur le dos, couché sur le ventre ...

Ainsi les massages assurent au petit une certaine découverte de son corps. Grâce au contact peau à peau, les caresses de sa mère, il acquiert une sensation de sécurité et de bien-être. La relation mère-enfant en est d'autant plus renforcée, et le bébé développe sa communication (non verbale).

Outre les bienfaits psychiques, les massages assurent une croissance physique en tonifiant les muscles et en assouplissant les articulations de l'enfant.

 

L'expérience tactile au travers des touchers sensori-tonico-moteurs et du portage permet donc une continuité transnatale non négligeable.

Les contacts physiques sont favorables au développement de l'enfant ainsi que pour le parent qui sera alors plus en confiance et établira une relation profonde avec son bébé. Grâce à ces techniques, l'enfant va prendre conscience des limites de son corps, les intégrer petit à petit, élaborant ainsi son schéma corporel.

En outre, son système vestibulaire est stimulé, ce qui lui permet de mieux se situer dans l'espace. On pourra également observer une nette progression dans le développement psychomoteur du bébé au cours des deux premières années de vie.

Une communication verbale et non verbale, interactive, va s'établir et satisfaire les besoins de réassurance du nourrisson.

Enfin, ces types de contacts corporels offrent la possibilité de construire un lien affectif intime entre le bébé et ses parents.

 

Le psychomotricien peut donc avoir pour rôle d'inviter, d'accompagner, de rassurer et de guider les parents pour entrer en relation avec leur bébé à travers ces deux méthodes où un dialogue tonico-émotionnel s'élabore.

 

« Là où le toucher commence, débutent l'amour et l'humanité, dès les premières minutes même de la vie »

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Scialom

Site créé avec 1&1 MyWebsite.