Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - Psychomotricité Enseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants
Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - PsychomotricitéEnseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants

L’enfant âgé de moins de 3 mois

 

Le nouveau-né est très tonique au niveau des membres (bras, jambes), mais très peu au niveau du dos ; il ne tient pas sa tête, ni son dos. Le bébé ne peut pas encore tenir d’objets, ni en attraper. Il présente des réflexes qui disparaissent aux alentours de ses 3 mois : on peut par exemple citer celui du grasping (il referme sa main sur celle de l’adulte ; ce réflexe existe également au niveau des pieds) ou de la marche automatique lorsque l’on fait reposer le nourrisson sur ces pieds.

A cette période, le bébé communique essentiellement ses besoins physiologiques par pleurs et réactions toniques : il s’exprime corporellement. Ses pleurs peuvent donc avoir différentes significations, qui sont à comprendre et à interpréter par les parents. Le tonus du bébé varie entre hypertonie, lorsqu’il est en état de tension liée à un besoin (par exemple quand il a faim), et relâchement lorsque ses besoins sont satisfaits.

 

Dans certaines situations, lors de douleurs abdominales, de constipations, de gaz, de coliques des massages peuvent soulager le bébé. On peut pour commencer simplement poser ses mains sur le ventre du bébé pour le calmer, montrer sa présence, entrer en contact, se détendre également et lui apporter un contact de chaleur. Puis on masse son ventre en alternant les mains du bas de la cage thoracique vers les jambes. Ensuite on serre les genoux ensemble et on les pousse doucement vers l’abdomen plusieurs fois. On peut le masser aussi doucement en cercle dans le sens des aiguilles d’une montre autour du nombril.

 

Lorsqu’un bébé pleure pour une raison physique on trouve souvent la solution pour y répondre. Lorsque ses pleurs ont une cause émotionnelle il est aussi important d’avoir une bonne écoute et une bonne réponse.

Il faut pour cela être soi-même détendu et si c’est possible d’essayer de rentrer en contact avec son bébé les yeux dans les yeux et par un contact corporel par nos mains posées sur son corps. Lorsque vous êtes assurés que votre bébé vous a communiqué tout ce qu’il avait à vous dire et qu’il se sent entendu, réconfortez-le en le berçant, en marchant ou en le caressant pour l’aider à se réorganiser. Un bébé qui se sent entendu dormira plus profondément par la suite et se sentira en confiance.

 

C’est un bébé compétent : ses compétences sensorielles sont déjà nombreuses à la naissance, et continuent à se développer progressivement. Il reconnaît par exemple le visage de sa mère à l’âge de 2 jours, ainsi que le son de sa voix. Il va pouvoir acquérir la poursuite fluide du regard avant 3 mois, ce qui lui permet d’interagir autrement avec l’autre et de découvrir son environnement.

S’il sourit lorsqu’il est rassasié, ce sourire est un sourire de satisfaction, de bien-être, il deviendra ce mode de communication vers l’âge de 2-3 mois : il sourira alors en réponse au sourire de l’adulte.

 

L’enfant âgé de 3 à 6 mois

 

La musculature du tronc se tonifie, le dos devient plus tonique, et la tenue de la tête se met en place vers l’âge de 3 mois. Cela lui permet de libérer ses membres supérieurs et d’attraper un objet volontairement vers l’âge de 5 mois (il attrape à l’aide des deux mains, de manière indifférenciée). Les réflexes disparaissent progressivement, et la motricité du bébé est plus harmonieuse. Il tient assis sans soutien avec appui de ses mains aux alentours de 6 mois. Il se retourne également vers l’âge de 6 mois.

 

Dans la vie quotidienne quand le bébé est placé sur le ventre à cet âge, cela permet de stimuler sa capacité à relever sa tête (il développe son tonus axial), et lui permet d’enrichir sa vision des objets. Cela l’incitera plus tard à se déplacer davantage. Cela étant il ne faut pas chercher à sur-stimuler l’enfant en le laissant dans une position qu’il ne peut quitter seul, de courts moments suffisent comme par exemple pendant le change.

 

Le sourire devient un moyen de communication. Le bébé observe de plus en plus son environnement, son corps, et notamment ses mains. De plus, le bébé porte les objets à la bouche, car c’est son mode d’exploration privilégié à cet âge : il découvre ainsi les caractéristiques des objets.

 

L’enfant âgé de 6 mois à 1 an

 

L’enfant découvre et prend conscience de l’ensemble de son corps, de ses pieds, etc.

Le bébé utilise les retournements comme un premier mode de déplacement, puis le ramper aux alentours de 9 mois. Il peut ensuite acquérir le quatre pattes, qui lui permet de se déplacer rapidement, mais cela dépend de chaque enfant. Certains enfants utilisent des moyens de déplacement très différents (assis en tripode, en poussant sur leurs mains par exemple), d’autres n’utiliseront jamais le quatre pattes, et passeront directement à la marche.

L’acquisition de la marche qui se fait généralement entre 12 et 18 mois (très variable selon les enfants) lui permet d’investir autrement l’espace et son environnement. L’enfant se déplace d’abord en se tenant aux meubles, et son équilibre est difficile à tenir. Puis, il améliore progressivement sa marche et son équilibre.

 

Il est important de le laisser le plus souvent pieds nus ou avec des chaussettes antidérapantes à ce moment-là pour qu’il découvre les différentes sensations liées au contact direct avec le sol (moquette, carrelage, parquet) et qu’il développe sa musculature des chevilles et du pied. Attention aux chaussures trop lourdes et montantes.

 

Il peut relâcher volontairement un objet à partir de 7 mois, et le mouvement va progressivement s’ajuster. Par ailleurs, il peut attraper les objets avec son pouce et son index à partir de l’âge de 9 mois, ce qui lui permet d’être de plus en plus précis dans ses manipulations, et d’attraper des objets plus petits.

Vers 8 mois il acquiert la permanence de l’objet: si un objet est caché devant lui il sait que celui-ci n’a pas disparu mais qu'il est bien derrière. Lié à cette permanence de l’objet vient l’angoisse du 8ème mois. En effet il comprend que sa maman peut s’éloigner de lui, et l'enfant se met à pleurer face à des étrangers.

Au niveau du langage, le bébé utilise d’abord des syllabes (ba, ba, etc), qu’il combine ensuite. Vers l’âge de 9 mois il s’agit souvent de syllabes redoublées (papa, mama, etc). A l’âge de 12 mois environ, il peut commencer à utiliser « papa » et « maman » de façon appropriée. De plus, il commence à utiliser des gestes symboliques (il fait par exemple « au revoir » de la main). Vers l’âge de 12 mois, le bébé commence à utiliser un langage global significatif, à travers des mots-phrases. Il dit par exemple : « tombé bobo ». Il comprend par ailleurs les phrases simples.

Vers l’âge de 12 mois, l’enfant aime jouer aux jeux d’encastrement ; il joue à faire apparaître puis disparaître des objets, à regarder puis cacher. Cela lui permet de rejouer la présence / absence de la mère, d’élaborer cette absence, de comprendre qu’il la retrouvera ensuite. 

 

Informations sur le portage en fonction de l’âge du bébé

 

La peau est le principal organe de perception sensorielle dans le vécu du bébé et les échanges tactiles sont les canaux de communication privilégiés avec l’autre. Le portage peut être très rassurant pour le bébé, qui se sent en sécurité, et qui échange des informations toniques avec l’adulte (il s’ajuste au tonus de l’autre ; ainsi, si l’adulte est tendu ou crispé, le bébé le sera également, et il est probable qu’il le manifeste par des pleurs ou par des réactions de crispation). Le portage en écharpe est conseillé car il permet une meilleure position physiologique en enroulement pour le bébé, ainsi que le peau à peau notamment au début de sa vie.

 

Conseils concernant le portage avant 3 mois :

 

L’enfant a besoin, avant l’âge de trois mois, d’être contenu. Il est important de maintenir le bébé sous les fesses ainsi que derrière la nuque pour éviter que le bébé ne se mette en tension, puisqu’il ne peut pas encore tenir sa tête droite. Ainsi, au niveau du portage, le bébé est maintenu au niveau de la tête et du bassin, de préférence dans une position dite de « regroupement » : cela rappelle la position fœtale, rassurante et agréable pour l’enfant.

Le portage « ventre contre bras du porteur » facilite la digestion du bébé. Il peut calmer les coliques, et détendre l’axe et les membres. L’avant-bras est glissé sous le corps de l’enfant.

 

Conseils concernant le portage en écharpe entre 3 et 10 mois :

 

A cet âge, le bébé peut être porté tourné vers l’extérieur, positionné dos contre le porteur.

Il faut néanmoins rester vigilant, car le portage « face au monde » comporte des inconvénients notamment lorsque le bébé a moins de 6 mois. Ce type de portage ne respecte pas la physiologie du bébé (jambes pendantes, colonne tassée, etc), il ne peut se blottir en cas de peur, les parties fragiles et vitales du bébé sont exposées aux chocs, le bébé ne peut pas se détendre et s’endormir tranquillement dans cette position. Par ailleurs, il est exposé à de nombreuses stimulations, notamment visuelles, et émotionnelles, qu’il ne peut pas réguler seul.

 

Conseils concernant le portage après 10 mois :

 

Celui-ci se met en place en fonction du poids de l’enfant, soit comme précédemment, soit à cheval, enfant face au porteur ou sur les hanches.

 

Dans un autre onglet, nous développerons plus en détail les bienfaits du portage...



Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Scialom

Site créé avec 1&1 MyWebsite.