Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - Psychomotricité Enseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants
Philippe Scialom - Psychologue Psychothérapie - Psychologie - Psychanalyse - PsychomotricitéEnseignement - Cours - Articles - Guidance - Informations - Aides Parents - Enfants - Ados - Etudiants

INFOS PARENTS

Qu'est-ce qu'une psychothérapie ?

C’est un traitement psychique à but thérapeutique. Ces méthodes de traitement des désordres psychiques ou corporels utilisent des moyens psychologiques et la relation entre le thérapeute et le malade.

Au cours d'une psychothérapie psychanalytique d'enfant, l’interprétation du conflit inconscient et l’analyse du transfert (qui est l'actualisation dans la séance sur la personne du thérapeute des conflits et des angoisses infantiles) permet à l'enfant de se dégager de ses angoisses, inhibitions, conduites d'échec etc. qui ont une source inconsciente.

Pour Winnicott, là où le jeu n'est pas possible, le travail du thérapeute vise à amener le patient d'un état où il n'est pas capable de jouer à un état où il est capable de le faire". En effet, beaucoup d'enfants déprimés ou dépendants n'entrent pas dans les processus créatifs et imaginaires du jeu tout comme ils n'entrent pas dans les systèmes symboliques (représentations par des symboles par la lecture, l'écriture ou les mathématiques).

C'est pourquoi les psychothérapeutes parlent avec l'enfant de sa réalité quotidienne et aussi de son monde imaginaire (cauchemars, rêves, peurs, désirs).

Quand un enfant parle peu, par inhibition, ou parce qu'il n'utilise pas encore suffisamment le langage, ou encore parce qu'il en a envie, le thérapeute propose de jouer ou de dessiner pour accéder au monde imaginaire et fantasmatique de l'enfant. Le jeu dans ce cadre est un vrai travail de construction psychique.

Comment ça marche ?

L'enfant qui sait pourquoi il vient voir son psychothérapeute (il est essentiel de s'assurer qu'il a compris à quoi cela sert et pourquoi il vient etc., c'est généralement le cas quand l'enfant vient avec plaisir et s'investit) exprimera ses angoisses, ses désirs, ses frustrations, ses souffrances, ou ses conflits à l'aide de toutes ces situations. Ce sont celles où les émotions, les sentiments de l'enfant sont en contradiction. Ses ambivalences le bloquent et s'expriment dans ses symptômes. Il prendra conscience peu à peu de ces sources d'anxiété inconscientes grâce à l'écoute et aux interventions du psychothérapeute qui doit utiliser son art et sa connaissance des processus et développements psychiques avec finesse et douceur. La relation de confiance entre eux est essentielle. L'enfant doit vite repérer que ses productions seront accueillies de façon bienveillante. La situation développée en psychothérapie n'existe nulle part ailleurs.

Evidemment les parents ont un rôle important et le psychothérapeute doit communiquer avec eux sans dévoiler ce que lui présente l'enfant. Le secret professionnel du thérapeute garantit à l'enfant l'autorisation de pouvoir tout exprimer verbalement ou dans ses jeux et dessins, sans jugement ni représailles, c'est-à-dire de pouvoir tout dire, même et surtout ce qu'il repousse et le dérange. Le thérapeute n'est pas pris dans une relation d'amour comme le sont les parents, ni dans une relation éducative avec les contraintes qui s'y associent. Ce cadre particulier favorise le processus thérapeutique.

Malgrès le secret professionnel (l'enfant lui, est libre de raconter ou pas ses séances), le psychothérapeute peut néanmoins parler de ce qu'il observe et comprend, le mettre en relation avec l'existence de l'enfant rapportée par les parents. Ceci ne trahit pas le contenu ni la confiance et aide l'enfant à construire son espace psychique propre et différencié. Cet échange parents- psychothérapeute est un moteur puissant. Il donne un sentiment de cohérence à l'enfant, entre son monde intérieur imaginaire et la réalité extérieure. L'investissement des parents le motive à adhérer sans réticence à ce processus.

Curieusement les progrès observés dans les séances se transférent par la suite dans la vie de l'enfant. Celui-ci se prend en main et résoud ses problèmes ou dépasse ses conflits et peut poursuivre à développer sa personnalité de façon harmonieuse.

Même quand tout va mieux il est important de ne pas arrêter précocément une psychothérapie pour que les effets soient durables. Un enfant sait bien dire s'il peut arrêter ou veut continuer, voire revenir par la suite. La psychothérapie est une affaire de confiance sur tous les plans.

Ph. S. 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Philippe Scialom

Site créé avec 1&1 MyWebsite.